Le Club Dorothée a souvent été l’objet d’articles de presse durant sa décennie à l’antenne. Voici une sélection de « papiers » sortis dans les journaux ou magazines lors de la saison 96/97

Dorothée et l'équipe du Club Dorothée Vacances séjournent au château de Kéravéon, à Erdeven, depuis le lundi 23 juin. Les émissions réalisées dans le Pays d'Auray sont diffusées sur TF1 du 30 juin au 28 août. Surprise : Dorothée est bretonne. Elle évoque ses liens avec la région.

Assise à même le tapis de l'entrée, dans le hall d'accueil du château de Kéravéon, Dorothée dédicace les cartes postales qu'elle a pris soin d'apporter de Paris. Depuis plusieurs minutes déjà, un groupe d'enfants patientait sous la pluie fine pour voir Dorothée et lui demander un autographe. La vedette du petit écran fait plaisir à ses admirateurs, qui font sagement le cercle autour d'elle, sans se faire prier.

Il y a quelques minutes, un jeune garçon est venu apporter un cadeau à l'animatrice : deux petits chevaux de faïence dont les flancs changent de couleur en fonction de l'humidité ambiante. Pour l'heure, ils sont roses : signe de pluie. Mais Dorothée se soucie peu du temps : "Il pleut à peine. Et puis, en Bretagne, les lumières sont parfois fantastiques sous l'ondée. Nous tournons, de toute façon, quelles que soient les conditions météo...".

Tiens : c'est bizarre. On aurait pu penser que Dorothée allait nous servir un de ces poncifs dont les Parisiens ont le secret dès qu'ils évoquent le climat breton. Eh bien non... Précision toutefois : Dorothée est Bretonne ! "J'en possède le caractère, étant Bretonne de Paris et aussi Bretonne du Sud Bretagne. J'ai une tante, du côté maternel, native de Baud. Ma grand-mère était du Pays d'Auray. Une partie de ma famille était installée dans les environs d'Auray. J'ai également eu des attaches à Kerhostin, à Quiberon et Saint-Pierre-Quiberon."

Les liens qui unissent Dorothée au Pays d'Auray datent de l'enfance. "Nous venions par le train d'Auray pour passer les vacances. En gare, nous étions accueillis par ces mots célèbres, prononcés avec un accent chantant : "Auray, cinq minutes d'arrêt ! Arrêt buffet. Les toilettes sont au fond du quai". C'était l'époque des trains à vapeur... Par la suite, mes parents ont acheté une auto. Maintenant, il y a le TGV. Heureusement qu'Auray a pu le conserver ! Il aurait été dommage de ne plus voir de train ici..."

Rendue à Kerhostin, la future vedette du petit écran passait ses étés à cueillir les crevettes sur la grève. "J'adorais grimper sur les rochers. Ici, on respire. J'ai parcouru la Côte sauvage de long en large. J'ai revu "mon rocher" : il m'a paru plus petit. Enfant, je le comparais à une montagne !"

 

 

C'est un peu à un concours de circonstance que l'on doit la présence de Dorothée et de son équipe à Erdeven. Réalisateur du Club Dorothée Vacances, le Costarmoricain Patrick Le Guen explique : "Voilà dix ans que nous allons un peu partout, dans le monde entier. Cette année, nous avions beaucoup de travail à Paris. Nous ne souhaitions pas partir aussi loin que les autres saisons. En ce sens, la Bretagne offrait une bonne opportunité...". C'est dans un guide que "Pat" Le Guen a découvert le château de Kéravéon. "En l'absence d'autres éléments - car les autres guides n'en parlent pas - j'ai décidé d'y aller voir moi-même... Ici, nous sommes comme chez nous. Au départ, nous avions envisagé d'accomplir un "tour" de Bretagne. Finalement, nous avons choisi de demeurer sur place car les lieux sont très proches du château. C'est un atout non négligeable..."

 

Pour sa part, Dorothée est satisfaite de ce choix : "Je voulais venir en vacances en Bretagne. Ainsi c'est très bien : je travaille et je me repose à la fois".

Pour l'heure, l'équipe de tournage de chez AB Productions a "mis en boîte" de nombreuses aventures de Dorothée et de ses amis - les animateurs Ariane, Jacky, Corbier et Bertrand. Plusieurs scènes ont été enregistrées à Saint-Goustan mais aussi à Saint-Cado et à Carnac. "Je regrette que les menhirs de Carnac soient entourés de haut grillages car nous aurions bien aimé tourner à côté. Enfin, nous avons "planté" nos caméras à Carnac plage. Nous avons mis de l'animation. On a fait un peu les clowns. Le public était présent et nombreux : c'était marrant !"

Un éclat de bonne humeur partagé par l'équipe : le cadreur a sa belle-famille ici. Le scénariste Thierry Bastien (Bastian est l'orthographe correcte - NDLR) y a aussi ses parents. "Ils sont là depuis sept ans, maintenant. Ils sont à présent bien intégrés". Thierry Bastien n'est autre que le scénariste du Club Dorothée Vacances. On lui doit les quelques 800 pages de scénario qui servent de trame au tournage. On peut parler de "trame" car, en plateau, les animateurs se fient au fil conducteur mais improvisent également. "C'est sympa. Cela donne naissance à de nombreux fous rires" clame Dorothée. L'animatrice et ses proches se côtoient depuis 1982 - 1983. "Nous avons l'habitude de travailler ensemble. Nul n'est besoin de beaucoup se parler dans ces cas-là : un simple geste ou une expression suffisent pour se comprendre."

 

 

Belle-Ile, la base de sous-marins de Lorient, la Rivière d'Etel, le château d'Alain Barière... Autant de lieux que les enfants de toute la France vont découvrir d'ici au 28 août, tous les jours, sur La Une. Pour faire plaisir au jeune public, il y a bien du travail. Il faut compter deux à trois semaines de préparation avant le tournage. A cela s'ajoute l'écriture du scénario. Enfin une fois le tournage terminé, deux mois de montage de l'ensemble de l'émission attend le réalisateur : on ne chôme donc pas !

 

 

Le Club Dorothée est, du reste, dans sa dixième année d'existence. "Cela représente un gros, gros boulot" soupire Dorothée car l'émission va prochainement prendre fin - le 28 août - au terme du tournage en Bretagne et de quelques séquences additionnelles filmées dans la capitale.

Mais alors, on ne verra plus Dorothée ? "Je n'ai pas encore pris de décision quant à mon devenir sur TF1. Pour l'heure, seul l'arrêt du Club Dorothée est programmé". En attendant la rentrée, Dorothée profite des douces heures qu'elle vit en Bretagne. "L'accueil que nous avons reçu est très chaleureux. Je reçois des cadeaux tous les jours depuis que je suis Erdeven. Je n'en reviens pas : les gens sont vraiment trop gentils".

Mais n'est-ce pas un beau cadeau que d'offrir la Bretagne aux enfants tous les matins pendant deux mois ?

Jacques Le Corre

 

NB : Les légendes des photos sont les retranscriptions des légendes originales.