La programmation d'une émission est un enjeu majeur. Sa durée, son horaire, sa fréquence sont autant de facteurs de réussite ou d'échec et les chaînes de télévision usent de cet outil pour répondre à leurs besoins d'audience et de conformité à la réglementation du CSA, mais aussi pour mettre en valeur un programme ou pas : la programmation en dit beaucoup sur la foi de la chaîne dans une émission. Retour sur la programmation très mouvementée du Club Dorothée entre septembre 95 et août 96, sûrement la pire saison de ce point de vue.

Même si la suppression du Club Dorothée Avant L'école en janvier 95 puis la réduction des grands mercredis après-midis à 40 minutes en mai-juin 95 avaient l'air de signes avant-coureurs, les équipes d'AB et du Club Dorothée ne s'attendaient sûrement pas à vivre une saison 95-96 si difficile pour la programmation de l'émission sur TF1 et à l'intérieur même de ses tranches horaires. La chaîne est bien en train de reprendre le contrôle de ses programmes jeunesse, dont elle avait confié l'entière responsabilité à Dorothée et à son producteur éxécutif AB depuis 1987. Fin 94, elle a d'ailleurs créée en interne une autre unité de programme consacrée à la jeunesse dirigée par Dominique Poussier pour produire A Tout' Spip.

De plus, la guerre froide TPS/ABsat a commencé et la chaîne semble entamer un travail de sape afin d'affaiblir le programme, et donc AB, son nouveau concurent sur le satellite. Un exercice périlleux puisqu'elle doit tout de même respecter le contrat qui les lie et commander un minimum de 800 heures de programmes jeunesse par an à la société de production, programmes jeunesse dont elle a aussi besoin pour les quotas imposés par le CSA (1000 heures par an) et pour que les publicitaires s’adressant au jeune public puissent investir dans les écrans publicitaires. La chaîne semble ne plus faire de cas du programme et va persévérer dans cette voie même si l'audience en pâtit... Analyse.


Rappelons brièvement les premiers points de rupture pour le Club Dorothée lors du premier semestre 95 : en janvier, le Club Dorothée Avant L'Ecole est remplacé par A tout' Spip produit par Dominique Poussier en interne à TF1, puis à partir de mi-février les quotidiennes de l'après-midi passe de 55 à 30 minutes et les mercredis après-midi perdent une demi-heure également (14h30/17h30). Enfin, en mai-juin, cette grande case du mercredi après-midi est réduite à la durée d'une quotidienne normale (30-40 minutes) diffusée à 16h50.

Une rentrée, des déconvenues

L'émission fait sa rentrée en septembre 95 avec dans un premier temps, un volume horaire relativement constant par rapport à la fin de la saison dernière. Le Club Dorothée est toujours programmé une demi-heure (33 minutes) en quotidienne (16h45/17h20), les mercredis matins (9h30/11h45 – amputé d’une demi-heure tout de même) et samedis matins (avec une tranche qui ne cesse de se réduire depuis la saison passée : 9h20/10h20) sans oublier le dimanche tôt-matin (à 7h10) dans une version sans animateurs. Mieux encore, les mercredis après-midis retrouvent leur case du printemps précédent, de 14h30 à 17h30. Mais c'est sur cette tranche horaire que la première déconvenue se produit.


Après deux semaines, le début de l'émission est retardé à 15h30. En cause : l'audience. Le premier mercredi (6 septembre) l'émission à réalisé un score trop moyen sur la cible générale autour de 25% de pdm (contre 35% en moyenne l’an passé, et 37,5% en 93/94). Et pour cause, avec en ouverture 2 épisodes de Dragon Ball Z, l'objectif est de récupérer au maximum les 4/10 ans et 11/14 ans qui vont trop souvent voir la concurrence (M6 Kid). Sur ces publics, justement, l'objectif est plus qu'atteint, le Club Dorothée du 6 septembre cartonne (39 et 48%) mais au détriment donc d'un public plus large. Si bien qu'entre Les Feux de l'Amour et le Club Do', la chaîne perd 1,5 million de téléspectateurs !

 

Afin d'empêcher cette perte du public, l'émission opère un changement de programmation à la demande de TF1 et d'Etienne Mougeotte et propose la semaine suivante, le mercredi 13 septembre, d'ouvrir avec 21 Jumpstreet.


Afin de limiter ce phénomène de perte du public entre les deux programmes, AB a également décidé dès ce mercredi 13/09, de raccourcir drastiquement la première séquence de l'émission. En effet entre la fin des Feux de l'Amour et la première série du Club Do, pas moins de 12 minutes s'écoulaient en comptant les deux écrans pub... L'objectif est de réduire ce délai à 6/7 minutes environ, pubs incluses toujours... Le 06/09, le plateau durait 8 minutes 30 (il faut noter que la présentation de toute l'équipe de La Philo selon Phillipe a été particulièrement longue) le 13/09, après les réajustements (exit la chanson chorale d'ouverture C'est toujours les vacances au Club Dorothée - voir l'article sur la page focus : les émissions du mercredi - ), le premier plateau ne fait plus que 4 minutes.

L'effort paye, l'audience générale de ce 13/09 remonte à 28% de parts de marché mais une "fuite" massive d'audience se produit toujours entre les Feux de l'Amour et le Club Dorothée, notamment sur les 4 ans et + et sur les ménagères de moins de 50 ans, les parts de marchés passent de 54% à la fin des Feux de l’Amour à 25% au début du Club Dorothée, soit moitié moins !

TF1 change donc son  fusil d'épaule et décide de reculer le Club Dorothée à 15h30 dès le 20 septembre et de le faire précéder de la série à succès MacGyver. AB procède à un nouveau raccourcissement du premier plateau, c’est le mythique générique travelling qui passe définitivement à la trappe. L’émission démarrera désormais directement sur le plateau par Dorothée qui accueillent les téléspectateurs. Durée de la première séquence ?  1 minute et 10 secondes ! Le Club Dorothée est bel et bien devenu supersonique... Les audiences de ce mercredi 20 septembre remontent à 29% sur la cible des 4 ans et plus, tout en restant leader sur les cibles jeunes (même si M6 Kids en a récupéré une partie). Malgré tout, le fait est que l'émission a perdu une heure.

Dorothée demandera tout de même d’intégrer MacGyver au Club Dorothée, mais TF1 refusa. On entre ici dans son paradoxe, la chaîne a besoin d’émissions jeunesse entre septembre et décembre pour les investissements publicitaires mais ne veut pas pour autant sacrifier ses parts de marché sur les cibles générales et « ménagères » très importantes parce que très lucratives. La question ne se posait pas trop lorsque le Club Dorothée était largement leader dans toutes les cases et sur tous les publics, mais ce temps-là semble être révolu…

Après quelques semaines, AB notifie à TF1 que le Club Dorothée, sur toutes ses tranches horaires, commence systématiquement après la concurrence, et notamment après les Minikeums le mercredi (9h35 contre 8h10 pour Les Minikeums et 9h25 pour Mercredi Mat' sur F2) et les après-midi de semaine : 16h35 alors que le Club ne démarre qu'a 16h50, ce qui n’aide pas le programme à faire le plein de téléspectateur, sans pour autant que la chaîne ne réagisse.

A partir du 25 octobre, le mercredi matin récupère une demi-heure, mais en fin d’émission, et retrouve ses horaires de fin juin 95 : 9h30/12h15.


Un coup dur en hiver, le (premier) coup de grâce au printemps

Début janvier 96, la chaîne passe à la vitesse supérieure. A partir du 6 janvier, non pas une mais deux tranches sont purement et simplement supprimées : le samedi matin (9h20) et le dimanche matin (7h10). Et deux autres sont réduites : les mercredis matins reperdent la demi-heure qu'ils avaient retrouvé en octobre (9h30/11h40), et les mercredis après-midi se contenteront désormais d'une demi-heure vers 16h50, comme les autres jours de la semaine. La tranche quotidienne en fin d’après-midi est quant à elle décalée à 17h/17h10 contre 16h45 auparavant…


Le coup est dur, les cases du week-end sont donc récupérées par Disney et les séries américaines investissent les mercredis après-midi. Seule consolation, le Club Dorothée récupère toutefois la place du Club Mini, le samedi à 7h20, à compter du 27/01. Sans en informer ni Dorothée, ni son producteur AB, TF1 a ainsi mis un terme à un facteur important : la présence quotidienne, et donc fidélisante, du Club Dorothée.

L'année 96 démarre donc mal. Après 5 années pour lesquelles TF1 s'est engagé à commander 800 heures de programmes jeunesse minimum, pour 1996, la chaîne abaisse ce minimum de commande à 500 heures, soit près de 40% de moins et surtout moins que le tout premier contrat en 87, qui était de 600 heures annuelles. TF1 s'est donc dégagé 300 heures qu'elle n'est plus obligée de commander à AB, et qu'elle aura la possibilité de fabriquer elle-même ou d'acheter à d'autres producteurs si elle en a l'envie et les moyens (rappelons que le quota obligatoire de programmes jeunesse sur TF1, imposé par sa convention avec le CSA est de 1000 heures par an).

La situation ne va donc pas s'arranger, après les cases du week-end, ce sont les émissions de l’après-midi qui vont notamment souffrir. Durant le premier trimestre, la quotidienne après-midi change quatre fois d’horaire : 17h10 puis 17h00 avant de se retrouver à 16h40 pendant les vacances d'hiver (et gagnant une demi-heure au passage) puis à 16h50 mi-mars (perdant les 30 minutes gagnées un mois plus tôt), de quoi déconcerter les fidèles.

A l'occasion du démarrage le lundi 25 mars d'un nouveau jeu à 19h présenté par Lagaf', L'or à l'appel, TF1 souhaite modifier en profondeur sa grille de fin d'après-midi. Dans un premier temps, la chaîne prévoit d'avancer le Club Dorothée à 16h20, et jusque 17h. Ensuite s'enchaîneraient Les Années Fac, Rick Hunter, L'Un contre l'Autre, Vidéo Gag et donc L'or à l'appel. C'est ainsi qu'elle communique la nouvelle grille aux magazines télé.

Mais finalement, le jeudi 21 mars 96, TF1 décide, à la dernière minute, de modifier cette programmation initiale et annonce que la case quotidienne de l’après-midi du Club Dorothée est supprimée dès le lundi 25 mars et remplacée par le jeu Une Famille en Or. Les équipes d’AB l’apprennent comme tout le monde, par le communiqué de presse. TF1 n'a prévenu ou consulté ni AB ni Dorothée sa directrice d'Unité jeunesse, si bien que les émissions quotidiennes étaient tournées et montées pour une diffusion jusqu’au 28 mars inclus. Seule survivante, l’émission de quarante minutes du mercredi après-midi, mais initialement programmée à 16h40 depuis janvier, elle est avancée à 16h00 à partir du 27 mars.

Le bilan est éloquent : fin mars, le Club Dorothée n’est à l’antenne que le mercredi matin de 9h30 à 11h40, le  mercredi après-midi de 16h00 à 16h40 et le samedi matin de 7h10 à 8h25.


L'embellie des vacances, ou presque

Les vacances de printemps viennent à la rescousse de Dorothée et son équipe, le Club est diffusé tous les matins de la semaine entre 9h et 11h40 au mois d’avril ainsi que lors des jours fériés du mois de mai mais toujours pas d'émissions en fin d'après-midi, TF1 proposant des séries.


Les vacances d’été vont aussi réserver quelques surprises. Après trois mois d’absence, l’émission d’après-midi est finalement de retour tous les jours de la semaine en juillet-août à 16h30 pour environ 30 minutes. Mais l'horaire fluctue parfois de 10 minutes et la durée de l'émission est variable. Une vraie programmation "tampon" en somme. Mais ce n'est pas tout, en raison des Jeux Olympiques d’Eté à Atlanta du 22 juillet au 05 août, les programmes matinaux sont eux aussi bouleversés.

En effet les émissions sportives occupent la grille de TF1 tous les jours de 6h à 10h. Mais au lieu de programmer le Club Dorothée sur la tranche restante, de 10h à 11h40, et qui est normalement sienne, TF1 opte pour le Téléshopping suivi par deux autres programmes jeunesse : A tout' Spip (produit en interne par Dominique Poussier) et le Disney Club. Le Club Dorothée est donc absent le matin pendant les vacances durant deux semaines. Cela n’était pas arrivé depuis le début de l’émission en 1987.

Le message est on ne peut plus clair… Non seulement le Club Dorothée et AB n’ont donc plus la cote auprès des dirigeants de la chaîne, mais Dorothée n’a plus son mot à dire quand à la programmation des émissions jeunesse (que cela soit à l'intérieur même ou à l'extérieur de ses tranches horaires). Le temps où la chaîne, Dorothée et AB se concertaient pour faire fonctionner au mieux les programmes semble révolu, et TF1 ne considère plus AB que comme, au pire, un concurrent, et au mieux, un prestataire comme un autre. Le Club Dorothée commence à n'être pour TF1 qu'un programme corvéable à souhait, parfois soumis aux aléas d'une programmation décidée à la dernière minute, dont les horaires glissent suivant les besoins et les quotas de la chaîne. Il faut dire aussi que la faiblesse de l'émission sur certaines tranches n'aide pas la chaîne à vouloir en faire autre chose. La saison 96/97 ne fera que confirmer cet état de fait.

 

BILAN SAISON 95/96 > Grille du 05 septembre 95 au 02 septembre 96

9 de programmes hebdomadaires hors-vacances, 20 heures hebdomadaires en vacances jusqu'en décembre 95 puis de janvier à mars 96, 7h30 heures hebdomadaires hors-vacances et 19 heures hebdomadaires en vacances. Enfin de avril à fin août 96, 5h15 hebdomadaires en période scolaire, 15 heures hebdomadaires lors des vacances de printemps et jusqu'à 17 heures en été.

450 heures de programmes environ pour le Club Dorothée sur la totalité de la saison.

389 émissions Club Dorothée soit 112 quotidiennes après-midi, 42 mercredis matin, 17 grands mercredis après-midi, 24 petits mercredis après-midi, 45 samedis, 15 dimanches, 50 quotidiennes matin vacances/férié, 40 quotidiennes matin été et 44 quotidiennes a-m été.

(Sources : AB/TF1)